⚠️ Déconfinement progressif ➡️ à voir fin mai pour l'Alsace

Dans la continuité des annonces du Premier ministre mardi 28 avril à l’Assemblée nationale, et au regard des recommandations du Haut Conseil de la santé publique, la ministre des Sports, Roxana MARACINEANU rappelle qu’il sera possible de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air à partir du 11 mai, en respectant les règles de distanciation physique, dans les espaces ouverts autorisés et en fonction de la situation sanitaire de chaque territoire (zone rouge ou verte).


La ministre étudie, depuis plusieurs semaines et en lien étroit avec son écosystème, des trajectoires de reprise de l’activité pour les différents secteurs du sport avec la santé des pratiquants et des athlètes pour seule boussole.

Elle poursuit ses consultations avec le mouvement sportif et les collectivités territoriales, les acteurs économiques, les services et les établissements ainsi que les représentants des agents du ministère pour définir l’opérationnalité et le calendrier de cette reprise de l’activité sportive.


Ce travail de co-construction s’inscrit dans le cadre énoncé par le Premier ministre, à savoir :

Une reprise individualisée du sport pour tous les Français

La ministre rappelle la nécessité pour les Français de pratiquer une activité sportive tant du point de vue du bien-être que de la santé de chacun. La pratique d’une activité physique et sportive est un enjeu de santé publique d’autant plus dans la crise que nous traversons.

Néanmoins, sur les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique, une distanciation physique spécifique entre les pratiquants est une condition indispensable à la pratique de l’activité physique.


Ces activités pourront se faire :


  • Sans limitation de durée de pratique

  • Sans attestation

  • Dans une limite de distance du domicile inférieure à 100 km ;

  • En limitant les rassemblements à 10 personnes maximum ;

  • En extérieur ; Et sans bénéficier des vestiaires qui peuvent être mis à disposition pour les activités de plein air.


Les critères de distanciation spécifiques entre les personnes sont les suivantes :


  • une distance de 10 mètres minimum entre deux personnes pour les activité du vélo et du jogging ;

  • une distance physique suffisante d’environ 4m2 pour les activités en plein air type tennis, yoga, fitness par exemple. Des spécifications complémentaires en fonction des activités seront fournies prochainement par le ministère des sports.

Les activités sportives qui ne permettent pas cette distanciation (sports collectifs, sport de combat) ne pourront pas reprendre dans l’immédiat. Le ministère des sports proposera une liste exhaustive des disciplines et sports concernés par cette interdiction provisoire dans un guide pratique en cours d’élaboration. Un nouveau point d’étape sera fait d’ici au 2 juin pour évaluer les modalités de reprise des pratiques sportives en salles et des disciplines qui nécessitent un contact.

Reprise individuelle pour les sportifs de haut niveau et professionnels


Les règles définies pour l’ensemble des Français valent pour les sportifs de haut niveau et professionnels qui pourront reprendre une activité à haute intensité à partir du 11 mai mais exclusivement dans une logique individuelle dans le respect strict des règles de distanciation.


Après une période de deux mois de confinement, cette phase de réathlétisation devra s’inscrire dans une démarche progressive pour éviter les blessures et toute contamination, et selon un protocole médical et sanitaire précis élaboré par le ministère des Sports avec les fédérations et ligues sportives sous l’autorité du ministère de la Santé.

Le sport professionnel ne fait pas exception à l’interdiction de pratiquer des sports collectifs ou à contacts. Compte tenu des préconisations du Haut Conseil de la santé publique, et en accord avec le Président de la République et Premier ministre, la Ministre n’a pas jugé cette exception compatible avec la doctrine sanitaire fixée.

C’est pourquoi, le Premier ministre a annoncé que la saison 2019-2020 de sport collectifs professionnels ne pourra pas avoir lieu.


A ce stade, le ministère des Sports précise qu’aucune compétition sportive ne pourra avoir lieu avant le mois d’août, y compris à huis clos.

Par ailleurs, comme l’a annoncé le Premier ministre, les manifestations sportives rassemblant plus 5 000 personnes sur un même lieu ne pourront se tenir avant le mois de septembre.


Un travail étroit est déjà engagé avec les gestionnaires d’espaces de pratiques sportives, à titre principal les collectivités territoriales afin de mettre en œuvre ce plan de reprise progressif du sport pour garantir son opérationnalité dans la réalité et la diversité de nos territoires. Un travail croisé avec le mouvement sportif est également lancé pour adapter la pratique aux contraintes sanitaires de chaque discipline et de chaque territoire.


De la même manière que le ministère des Sports accompagne quotidiennement l’ensemble des acteurs du sport dans cette crise, des mesures nouvelles de soutien seront étudiées pour permettre au sport professionnel de surmonter cette période difficile.


En parallèle, le ministère étudie les conditions de réouverture progressive et de façon coordonnée avec le ministère de l’Education nationale, de l’INSEP et tous ses établissements pour y accueillir les sportifs. Naturellement, la réouverture des CREPS doit préalablement faire l’objet d’une discussion avec l’ensemble des régions concernées, en fonction aussi des règles sanitaires qui s’appliquent localement, et les agents du ministère qui œuvrent au quotidien au service du sport français.


À ce titre, la Ministre des Sports rappelle qu’elle sera très vigilante à la sécurité des personnels qui travaillent au service des usagers dans les établissements.


Retrouvez les informations en ➡️lien


https://carte-sortie-confinement.fr/


https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


Carte du déconfinement du 02/05/2020







Dans le contexte de l’alerte nationale relative au coronavirus et au vu de l’augmentation du nombre de cas au niveau international, il convient d’agir ensemble afin de se préparer et de freiner la propagation du virus sur le territoire français.


Il est nécessaire que chacun en fonction de sa situation puisse prendre les mesures de prévention adaptées afin de limiter la transmission du nouveau coronavirus.


En raison de l’épidémie de coronavirus covid-19 et par mesure de prévention, les familles de retour de Chine, de Hong Kong, de Macao, de Singapour, de Corée du Sud ou des régions italiennes de Lombardie et de Vénétie, sont invités à garder leur(s) enfant(s) à domicile et ce, pour une durée de 14 jours.


Merci pour votre compréhension.


Retrouvez toutes les informations ici sur le site du Gouvernement


https://www.colmar.fr/actualites/information-aux-usagers-covid-19


Un numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000. Attention, la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux, si vous présentez des signes d’infections respiratoires dans les 14 jours suivant votre retour de Chine (Chine continentale, Hongkong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, il faut contacter le 15.

J’habite à l’étranger, qui appeler ? L’Ambassade et consulat de votre lieu de résidence est à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions. Par ailleurs, le ministère met à jour régulièrement son site de conseils aux voyageurs.


Le ministère des Solidarités et de la Santé actualise ses recommandations régulièrement pour protéger votre santé et vous recommander les bons gestes à adopter face au Coronavirus COVID-19. Pour les personnes revenant de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran, ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie. Pendant les 14 jours suivant le retour :

Surveillez votre température 2 fois par jour. Surveillez l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…). Portez un masque chirurgical lorsque vous êtes en face d’une autre personne et lorsque vous devez sortir. Lavez-vous les mains régulièrement ou utilisez une solution hydro-alcoolique. Evitez tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…). Evitez de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…). Évitez toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…). Travailleurs/étudiants : dans la mesure du possible, privilégiez le télétravail et évitez les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine...). Les enfants, collégiens, lycéens ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée, compte tenu de la difficulté à porter un masque toute la journée.


En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour d’une zone où circule le virus :


Contactez le Samu Centre 15 en faisant état de vos symptômes et de votre séjour récent. Evitez tout contact avec votre entourage et conservez votre masque. Ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.


Je rentre d’une zone à risque, on me demande de rester chez moi, que faire ? Si vous rentrez d’une zone à risque le télétravail est à privilégier pendant les 14 jours suivant votre retour. Si vous êtes mis à l’isolement ou si vous êtes maintenu à domicile, la sécurité sociale a mis en place un système dérogatoire qui vous permet de bénéficier de 20 jours d’arrêt de travail avec indemnités, sans délai de carence. Une telle situation peut se présenter si vous êtes un cas contact, un cas confirmés, si vous revenez d’une zone à risque ou si vous êtes parent d’enfants qui doivent être isolés. Pour être valide, l’arrêt de travail doit être signé par un médecin de l’Agence régionale de Santé.


Dois-je porter un masque ? Le port du masque chirurgical est recommandé si vous avez séjourné en Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, en Iran, ou dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, pendant les 14 jours suivant leur retour. Il est également recommandé si vous êtes malades pour éviter de diffuser la maladie par voie aérienne. Il n’est pas nécessaire de porter un masque si vous n’êtes pas malade ou si vous n’avez pas voyagé dans une zone touchée par le virus afin d’éviter d’attraper le Coronavirus COVID-19. La prescription par un médecin est nécessaire. Le Gouvernement a donné instruction le 29 février aux pharmacies de ne pas délivrer de masque sans indication afin d’éviter de créer une pénurie. Comme pour l’épisode de grippe saisonnière, les "gestes barrières" sont efficaces.


Que sont les gestes barrières ? Face aux infections respiratoires, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Se laver les mains régulièrement. Tousser ou éternuer dans son coude. Utiliser des mouchoirs à usage unique. Porter un masque quand on est malade.


Y a-t-il suffisamment de masques en France ? Oui, 15 millions de masques chirurgicaux du stock national vont être mis en circulation. Les 138 établissements de santé qui prennent en charge des cas confirmés de Coronavirus COVID-19 vont recevoir des dotations de masques chirurgicaux dès vendredi 28 février 2020. Les masques seront aussi remis aux médecins généralistes, la semaine du 2 mars 2020, pour la prise en charge de patients suspectés d’être porteur du Coronavirus COVID-19. Cette mise à disposition sera réalisée via les pharmacies à l’aide d’un bon de retrait fourni par la caisse nationale d’assurance maladie.




  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
Actualités
Connexion dirigeant
Contact
Compétitions
Clubs associés
Plan du site & Mentions légales