😢 Hubert Steinmetz a rejoint les étoiles


Le Pays de Colmar Athlétisme et ses 7 clubs associés souhaitent ses plus sincères condoléances à la famille d'Hubert STEINMETZ, un pilier de l'athlétisme qui nous a quitté en ce dimanche 28 juin 2020.


Ses obsèques seront célébrées le lundi 6 juillet à 14h30  à L'église paroissiale Saint-Maurice de Mommenheim. Un écran géant sera mis à disposition à l’extérieur de l'église pour ne pas limiter le nombre de personnes


L'emblématique entraîneur Brumathois s'est éteint hier à l'âge de 78 ans.

Il restera comme un immense serviteur de l'athlétisme, faiseur de champion pendant plus de 50 ans .


Article DNA




Son plus fidèle athlète, le dernier aussi, Baptiste Mischler, qu’il aura couvé quinze années durant, se disait « extrêmement inquiet » ces derniers jours. Il y avait de quoi. Hospitalisé début juin, Hubert Steinmetz est décédé ce dimanche des suites d’une longue maladie. Il avait 78 ans.

Amoindri depuis plusieurs années par la maladie de Parkinson, l’emblématique entraîneur de l’Unitas Brumath était néanmoins toujours resté actif, gardant un œil averti sur les résultats de ses « gamins » et les accompagnant encore sur certains cross ou meetings de la région. Lui qui n’a jamais eu d’enfant avait fait de l’athlétisme et des fleurs ses deux grandes passions : dans les deux cas, il laisse derrière lui de nombreux orphelins. Plus cruel encore, il aura manqué de très peu de voir le stade d’athlétisme flambant neuf de Brumath enfin sortir de terre, lui qui en avait fait l’un de ses chevaux de bataille après avoir si longtemps œuvré sur sa « schiess piste » (1), anneau de pas tout à fait 400 mètres en cendrée qu’il bichonnait affectueusement.


Hubert Steinmetz et son athlète Baptiste Mischler, dont il a fait un international français sur 1500 m après l’avoir formé pendant de longues années sur la piste en cendrée de Brumath. DR


Spécialiste du cross-country et du demi-fond, Hubert Steinmetz a réussi à empiler les titres de champions de France - une cinquantaine - sur les armoires à trophées de son club de toujours, d’abord grâce à l’inénarrable Jean Conrath et aux célèbres « demoiselles de Brumath », les sœurs Véronique et Martine Rusch en tête, et plus récemment grâce à sa « Panda Team », dont Baptiste Mischler était le chef de file. « Il a choisi le panda par rapport à l’athlète qui est lui aussi en voie de disparition comme il dit », expliquait ce dernier en 2016, après avoir fini 4e des Mondiaux juniors sur 1500 m cette année-là. Instituteur à Kirrwiller pour son premier poste en 1964, puis prof de maths à Pfaffenhoffen et prof de sport à Hochfelden, Hubert Steinmetz était un éducateur dans l’âme, au moins autant (si pas plus) préoccupé par la réussite scolaire de ses athlètes que par leur réussite sportive. Raison pour laquelle il demandait à consulter leurs bulletins « à Noël et au printemps ». « Parce que ce qui compte pour moi, c’est qu’ils réussissent dans la vie », justifiait l’ex-footballeur et marcheur, vainqueur du Tour d’Alsace en 1979. « Un champion n’est jamais un cancre ».


Hubert Steinmetz, certes réputé « dur » à l’entraînement, était néanmoins très proche de ses athlètes.   Archive L’Alsace /Vanessa MEYER

L’ancien maire de Mommenheim de 1995 à 2008, qui a été entraîneur national du demi-fond à la Fédération française d’athlétisme (1982-1986) avant d’être nommé Conseiller technique régional à la Ligue d’Alsace d’athlétisme (1986-2002), était aussi un véritable rat de bibliothèque. La littérature sportive de l’Allemagne de l’Est l’avait notamment inspiré dans ses méthodes d’entraînement qui, selon lui, n’avait « rien de révolutionnaires ». « Ils ont certainement dopé leurs athlètes, mais ils ont aussi travaillé », disait-il à propos de ses voisins d’outre-Rhin. « Il faut des fondamentaux. Avec un âne ou un mulet, même dopé, on n’obtient pas de champion olympique. »

Lui voulait mener Baptiste Mischler jusqu’aux JO de Tokyo avant de ranger définitivement son chronomètre et de rendre sa casquette d’entraîneur. Le coronavirus a repoussé le rendez-vous olympique d’un an et on ne saura jamais s’il serait parvenu à ses fins. Mais voilà une bonne raison de plus pour son protégé de 22 ans de se qualifier l’an prochain et de rendre ainsi un sublime hommage à son formateur.


Hubert Steinmetz et son éternel bonnet au stade de Brumath, lors des longues soirées hivernales de préparation à la saison de cross-country.   Archive L’Alsace /Vanessa MEYER

Ses qualités avaient d’ailleurs été honorées récemment par les journalistes sportifs de la région, qui l’avaient élu entraîneur alsacien de l’année 2018 dans le cadre des trophées des champions de l’UJSF Alsace (2). Cette saison-là, Hubert Steinmetz avait propulsé ses athlètes sur cinq podiums différents en championnats de France (Basile Hocquard en or sur 800 m junior, Julian Ranc en or sur 1500 m espoir, Baptiste Mischler en argent sur 1500 m Élite, Timothée Mischler en argent sur 3000 m steeple junior et le relais 4x800 m en or à la Coupe de France des spécialités). Ce faisant, il était devenu le premier entraîneur d’un sport individuel à être récompensé dans le cadre de ce trophée régional, devant des piliers des sports collectifs comme Thierry Laurey (football, Racing Club de Strasbourg), Vincent Collet (basket-ball, Strasbourg IG) ou Magali Magail (volley-ball, ASPTT Mulhouse).


Hubert Steinmetz entouré de deux ses derniers « chefs d'œuvre », Timothée Mischler (à g.) et son grand-frère Baptiste (à dr.), dont la peine est immense ce dimanche soir.  

Archive L'Alsace /Vanessa MEYER


« J’ai beaucoup de respect pour tous ces entraîneurs de sports collectifs, qui subissent une certaine pression au quotidien », avait-il réagi à l’époque. « Nous sommes tous des compétiteurs dans l’âme. Comme eux, j’ai horreur de la défaite. Je serais honoré et ravi de me retrouver un jour à la même table qu’eux pour pouvoir échanger. Quelqu’un pourrait peut-être organiser un Stammtisch, ce serait chouette. » Celui-ci n’a malheureusement jamais eu lieu, mais on ne doute pas une seconde que là où il se trouve désormais, Hubert Steinmetz a trouvé avec qui discuter.

À sa femme Christiane, aux membres de son club, à ses athlètes et à tout l’athlétisme alsacien, les rédactions sportives de « L’Alsace » et des « DNA » présente leurs condoléances émues.






  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
Actualités
Connexion dirigeant
Contact
Compétitions
Clubs associés
Plan du site & Mentions légales